La cystite est une inflammation de la vessie, due à une infection bactérienne dans la plupart des cas (colibacilles, qui sont naturellement présents dans l’intestin), occasionnellement, elle peut être engendrée par des agents toxiques surtout pour les personnes qui suivent un traitement anticancéreux ou une radiothérapie. Il en existe différents types : la cystite aiguë simple, la cystite aiguë récidivante ou compliquée, la cystite interstitielle… Elle est très fréquente, surtout chez la femme, vu qu’elle possède un urètre court proche du périnée (vagin, anus), ce qui augmente le risque d’infection urinaire. Toutefois, les hommes présentant des problèmes de prostate sont les plus touchés par les cystites.

Quels en sont les symptômes ?

La cystite est diagnostiquée s’il y a présence de :

  • Douleurs pouvant être très intenses à la miction
  • Envies constantes d’uriner (besoin d’aller uriner dans l’immédiat)
  • Une pollakiurie (une miction excessive mais en petites quantités)
  • Sensations de brulures ressenties en urinant
  • Urines blanchâtres ou troubles dégageant une mauvaise odeur
  • Une sensation persistante d’avoir la vessie pleine
  • Sang dans l’urine

Quelles peuvent entre être les causes ?

La cystite résulte, dans la plupart des cas, d’une auto-infestation due à :

  • Une mauvaise hygiène ou au contraire une hygiène obsessionnelle qui risque de déséquilibrer la flore vaginale (en particulier, la réalisation de douches vaginales).
  • Des rapports sexuels, car ils entrainent des microtraumatismes qui peuvent déclencher l’infection urinaire.
  • L’inflammation d’autres organes se trouvant près de la vessie (urètre, vagin ou vulve)
  • L’allergie liée aux produits utilisés pour la toilette
  • Des malformations de l’appareil urinaire

L’augmentation de volume de la prostate chez l’homme,  provoque une compression des voies urinaires et par conséquent,  diminue le débit urinaire, ce qui favorise l’infection.

Quel genre de traitement ?

Un examen des urines à la bandelette suffit pour le diagnostic, en apportant des informations sur la présence éventuelle de pus, de sang.

Le traitement associe un antibiotique (norfloxine, amoxicilline ou fosfomycine…) à un anti-inflammatoire et à un antispasmodique. Une cure de trois jours est suffisante dans la majorité des cas. Toutefois il y a des personnes qui risquent de développer des réactions allergiques ou digestives. Les personnes hypertensives ou souffrantes de problèmes cardiaques peuvent suivre un traitement par alcalinisation des urines (bicarbonate de soude).

Quelle type de prise en charge ?

L’examen de la bandelette réactive n’est pas remboursable par l’assurance maladie, le traitement non plus, car la cystite ne fait pas partie des 30 maladies donnant automatiquement droit à une prise en charge, toutefois, en faisant une demande bien argumentée auprès de sa caisse d’assurance maladie, il se peut qu’une prise en charge à 100% soit accordée, surtout dans le cas de la cystite interstitielle. Ce serait mieux d’opter pour une mutuelle santé afin de rembourser les examens, les traitements et soins basés sur la médecine douce.

Quelques Conseils

Pour prévenir une cystite ou en guérir rapidement, il existe des règles simples à suivre :

  • Avoir une hygiène intime équilibrée
  • Mettre des sous vêtements en coton et éviter de porter des sous-vêtements trop serrés
  • Uriner après les rapports sexuels
  • Boire constamment : 1.5 à 2 litres de liquide par jour, que ce soit de l’eau ou du jus de baies surtout celui de la canneberge.
Categories

Articles similaires